Retour en Prévôté
Non classé / 1 juillet 2019

André Bandelier 4e de couverture de Retour en Prévôté L’auteur, enfant de Moutier, a quitté son pays d’origine. Tout a commencé par un arbre généalogique et des papiers de famille à classer. D’abord est né le désir de retourner sur les pas d’un père, Jämes le décolleteur, et de mieux connaître un grand-père, Albin l’instituteur franc-maçon. Journaux personnels et mémoires conduisaient à explorer l’existence d’une famille, dirait le philosophe. Sont survenus le vote du 18 juin 2017, favorable à la réunion de Moutier au canton du Jura, et sa contestation. L’auteur a ressenti la nécessité de faire évoluer son propos vers une quête d’identité plus large. Une famille peut illustrer dès lors, sans prétention, toutes les familles de la Prévôté. La ville n’est pas toute la Prévôté ; Moutier est évoquée avec son arrière-pays. On débouche alors sur une œuvre foisonnante, datée mais passionnante : les gens de Moutier et de la Prévôté, leur quotidien et leur vie associative, en filigrane, leur passé. André Bandelier, né en 1940 à Perrefitte et scolarisé à Moutier, a enseigné la langue et la civilisation françaises à l’université de Neuchâtel. Historien et écrivain, il a publié récemment Des Lumières à la Révolution, Le Jura…

SAISONS INTRANQUILLES
Non classé / 5 mars 2018

SAISONS INTRANQUILLES  d’André Bandelier aborde l’apparition de la schizophrénie à l’adolescence. Quête poignante, saisissante d’un père. Le lecteur accompagne l’auteur parce que la vie est là, douloureuse et assumée. Vous avez été nombreux à aimer Nuits arc-en-ciel, ombres et lumière d’un couple frappé par la maladie mentale de l’épouse. Vous allez aimer Saisons intranquilles, second volet du diptyque.

J’AI CROISE MES SOUVENIRS, évocations et mémoires 1955-1975
Non classé / 5 mars 2018

Elisabeth Daucourt, coll. Malpoche : Littérature, 2016 – Préface d’André Wyss, professeur honoraire de l’Université de Lausanne.   Elisabeth Daucourt nous offre un livre rare : il n’a ni début ni fin. Ouvrez-le. Ne choisissez pas la page, commencez la lecture de cet inventaire de souvenirs où bon vous semble, vous n’en sortirez plus. Vous prolongerez les souvenirs d’Elisabeth Daucourt des vôtres, vous les transformerez en mémoires personnelles, reconstituerez le passé,  interrogerez vos proches, serez intarissable, arrêterez le temps, sauterez dans le siècle, passerez les années comme on passe un obstacle, vous vous sentirez revivre. C’est aussi une vraie œuvre littéraire, sensible, souvent tendrement poétique écrite avec talent, humour parfois.